You are here

Poèmes en escalier

 

Lors des rencontres hebdomadaires des surréalistes et de leurs amis au café l’Escalier, à Paris, un jeu d’écriture initié par Guy Girard est aussitôt devenu un rituel. La règle, pour être simple, n’en est pas moins génératrice de sérieux émerveillements : tandis que les discussions vont leur train, une feuille circule. Chaque participant y inscrit trois lignes – trois vers – puis il plie la feuille afin que la dernière ligne écrite soit seule visible pour le participant suivant, lequel ajoute trois lignes, ne laisse lui aussi que la dernière apparente avant de passer le jeu à son voisin, etc.Nous avons pris le parti de ne rien modifier à ce qui s’est ainsi présenté de la spontanéité sinon de l’automatisme des uns et des autres. En particulier, ponctuation et majuscules ont été scrupuleusement respectées. Les titres ont été obtenus en rapprochant un ou plusieurs mots choisis au début et à la fin de chaque poème.

 Claude-Lucien Cauët

 

Ce jeu est bien une réponse, si minime soit-elle eu égard à notre impatience, au défi lancé jadis par Isidore Ducasse à la poésie, la sommant de devenir la création de tous. Fastueuse utopie, qui est celle du surréalisme, et pour lequel depuis, par exemple, la pratique des cadavres exquis ou les productions de l’Usine à poèmes  du groupe de La Main à plume, l’écriture expérimentale (au cours de laquelle n’est jamais bien loin le kaléidoscope de l’humour) de poèmes collectifs en est toujours une étape essentielle. On sait combien le surréalisme a privilégié l’activité ludique pour mieux inciter à la circulation des potentialités lyriques de chacun et à leur condensation en des moments et des actes où est libre d’apparaître un  sujet collectif. Apparitions certes toujours trop brèves, mais pourquoi diable, faudrait-il se refuser le plaisir de les multiplier ?

Guy Girard

 

Les séances d’écriture ont eu lieu le mardi, du 17 décembre 2013 au 18 mars 2014.

Les participants, plus ou moins assidus, étaient : Elise Aru, Anny Bonnin, Emmanuel Boussuge, Claude-Lucien Cauët, Hervé Delabarre, Guy Ducornet, Alfredo Fernandes, Joël Gayraud, Guy Girard, Enrique Lechuga, Michaël Löwy, Ana Orozco, Pierre Petiot, Jean-Raphaël Prieto, Pierre-André Sauvageot, Sylvain Tanquerel, Virginia Tentindo et Michel Zimbacca.

 

LIRE LES POÈMES